Historique

Partager
 

Historique des transports à Perpignan

  • L’histoire commence au début du 20ème siècle, en 1902 plus exactement. Alors que Perpignan était loin d’atteindre les 50 000 habitants (environ 25 000 habitants) justifiant la création d’un système de transport en commun, la ville a tout de même pris l’initiative de créer des lignes de transport public de grande capacité effectué à l’époque par des tramways.

 

  • La raison pour laquelle une telle décision a tout de même vu le jour est qu’à l’époque, la ville de Perpignan comportait un noyau très dense correspondant à l’ancienne ville fortifiée où tout le commerce était concentré.

 

  • D’autre part, la gare, éloignée de plus d’un kilomètre et demi du centre ville et la plage distante de 13 kilomètres constituaient des pôles d’attraction qu’il était nécessaire de relier à la ville par des moyens de transport de capacité importante.

 

  • Approuvée par décret le 23 Juin 1902, la Convention du 7 mai 1902 entre la ville de Perpignan et la Compagnie Centrale de Tramways Electriques accordait à cette dernière la concession pour 60 ans d’un réseau comportant les lignes : Perpignan/Canet ; Gare/Hôtel de Ville ; Octroi Saint-Martin/Octroi Notre-Dame et Octroi Notre-Dame/Carrefour du Vernet.

 

  • Le développement des lignes fut assez modéré, en 1907 seulement fut signée une nouvelle convention afin de prolonger la ligne du Vernet jusqu'à Rivesaltes. Le trafic annuel était à cette époque de l’ordre de 1,8 millions de voyageurs.

 

  • La période d’après guerre (1ere Guerre Mondiale) fut caractérisée par une augmentation constante du trafic qui atteignait alors en 1923 déjà près de 4,3 millions de voyageurs. Mais ensuite, malgré la mise en place de la ligne Rivesaltes et de celle du Vélodrome inaugurée en 1930, une baisse considérable du nombre de voyageurs fut enregistrée du fait d’une très forte concurrence des transports routiers et du développement considérable des transports individuels. On ne parlait alors plus que de 2,3 millions de voyageurs annuel, soit à peine plus qu’en 1914.       

 

  • En 1935, la ligne Rivesaltes fut abandonnée en échange du monopole du trafic sur la ligne de Canet.

 

  • A partir de 1940 la reprise du trafic fut considérable et l’on enregistrait alors quelques 3 millions de voyageurs en 1940, 4,7 millions en 1941, 6 millions en 1942 pour atteindre enfin 8 millions en 1945.

 

  • Le 28 Décembre 1951, la ville de Perpignan accepta la prolongation de la concession et de transformer le régime de la concession afin de permettre la modernisation du réseau.

 

  • On vit alors entre autres la création de nouvelles lignes, le remplacement de certains tramways par des trolleybus et autobus (Perpignan – Canet : 1954).

 

  • L’impact de cette réfection du réseau fut très positif puisque le trafic passa de 3,6 millions de voyageurs en 1954 à 6,25 millions de voyageurs en 1957.

 

  • Suite à la création fin 1969 d’un pôle marketing visant à offrir à la clientèle un service mieux adapté à ses besoins, la restructuration totale du réseau de septembre 1971 donna naissance à un réseau en étoile : à partir d’un arrêt situé sur les axes principaux, il était possible de se rendre dans deux directions différentes au delà du Centre-Ville.

       

  • Cette opération permit de gagner à nouveau des voyageurs : de 6,8 millions en 1969, le trafic est passé à 8,8 millions en 1978.

 

  • Une nouvelle restructuration fut cependant opérée en septembre 1980 du fait de l’extension de certains quartiers et de la création de nouveaux ensembles. Ainsi, on vit naître un schéma de lignes plus classique et permettant d’améliorer sensiblement la couverture de la ville (85% de la population desservie à moins de 300 mètres). La clientèle fut, cette fois encore, au rendez-vous puisque l’on comptait dès 1981 plus de 9,3 millions de voyageurs.

 

  • Un changement cependant notable fut la réponse à l’appel d’offre de 1998, remporté par la Corporation Française de Transports S.A. qui en devenait alors le gestionnaire du réseau pour une durée de 9 ans renouvelable tous les 3 ans, puis en 2005 délégataire pour 6 autres années.

 

  • Nouvelle direction, nouveaux axes de développement, la CFT S.A. allait alors apporter un grand souffle de jeunesse à notre compagnie perpignanaise. Très axée sur les nouvelles technologies, la CFT S.A. remplaçait la billetterie traditionnelle par un système monétique basé sur des carnets à piste magnétique ainsi que sur des cartes à puce sans contact.

 

  • La CFT mettait ensuite en place un Système d’Aide à l’Exploitation (SAE) avec positionnement des bus par GPS, en 2003 elle obtenait la norme de Qualité ISO 9001-2000.

 

  • La CTP était alors en phase de changer totalement d’image, passant du rang de compagnie « classique », au rang d’entreprise « vitrine » des nouvelles technologies.

 

  • C’est alors que la CTP, rebaptisée CTPM (Compagnie de Transports Perpignan Méditerranée) depuis la restructuration du réseau, devenait l’un des premiers opérateurs de transport urbain à posséder un tel niveau d’équipement en France.

  • Après 11 ans d'utilisation, le système billettique est remplacé en 2010 par un système dernière génération qui inclue notament la localisation GPS. Ce système, évolutif, ouvre de nouvelles perspectives à l'entreprise qui compte bien offrir à ses clients un panel de services encore inédits sur le réseau des transports en commn de Perpignan.

  • 2011 est une année phare : l'entrée dans le capital des Transports Metropolitans de Barcelona (TMB) donne un nouveau souffle et une nouvelle dynamique à la CFT qui remporte alors le nouveau contrat de délégation des transports publiques de l'agglomération Perpignan Méditerranée pour une durée de 8 ans. La CFT devient alors CFTPM (Corporation Française de Transports Perpignan Méditerranée) et commence alors, une fois de plus, une course folle vers les nouvelles technologies.

 

  • En avril 2017, nous assistons à la naissance d'une nouvelle identité visuelle pour les transports publics de Perpignan Méditerranée Métropole (PMM). Le réseau CTPM est désormais rebaptisé "Sankéo"! C'est une image modernisée pour accompagner le projet de réorganisation des transports publics de la Métropole à l'horizon 2018. A cette occasion, Perpignan Méditerranée Métropole et Vectalia Perpignan Méditerranée (Délégataire du réseau de transport public) inaugurent l'arrivée de trois premiers véhicules hybrides, aux couleurs de Sankéo, et ouvrent ainsi la voie à une mobilité plus durable.
espaceur